Hôpital : les médecins manquent de temps

44% des médecins hospitaliers dépasseraient la barre des 49 heures de travail hebdomadaire, indique une étude de l’Institut Odoxa diffusée le 18 juin dernier. Un rythme effréné qui s’explique notamment par une surcharge de tâches administratives.

Le malaise général qui règne dans les couloirs blancs des CHU français transparaît dans un nouveau sondage d’opinion réalisé par Odoxa auprès d’un échantillon d’adhérents à la Mutuelle Nationale des Hospitaliers et Professionnels de la santé et du Social (MNH), dont 176 médecins interrogés par internet du 26 avril au 15 mai 2018.

Sans surprise, au regard de la crise profonde qui traverse depuis plusieurs années l’ensemble du secteur, les sondés se plaignent de leurs conditions de travail : un emploi du temps démentiel (au moins 50 heures de travail chaque semaine pour 44% d’entre eux) qu’ils imputent notamment à un excès de tâches administratives (65%) et logistiques (30%) dont le cumul journalier les empêche, disent-ils, de se consacrer pleinement à leurs patients. Dans ce contexte difficile, 43% des médecins interrogés affirment être « souvent ou toujours préoccupés par la crainte de faire des erreurs », un sentiment d’incertitude à l’origine d’un stress croissant et quasi-quotidien.

« La simplification administrative est, avec l’embauche de personnels, le principal levier identifié par les soignants pour regagner du temps à l’avenir » indique Gaël Sliman, le président de l’Institut Odoxa. 12% des sondés voient dans « le développement du numérique et de la e-santé (applis, intelligence artificielle etc…) » l’une des solutions à leurs problèmes de planning. Objectif : s’affranchir de la paperasserie et se décharger des « formalités les plus répétitives et de faible valeur ajoutée » à la faveur d’un recours stratégique aux nouvelles technologies collaboratives.

Ces outils existent déjà sous forme d’agenda web ou de planning de rendez-vous en ligne. Ils permettent à ses utilisateurs de consulter leur emploi du temps à tout moment de la journée depuis n’importe quel écran connecté. Surtout, ils assouplissent leur organisation globale en leur signalant à l’instant T les éventuels annulations ou reports de consultations. Ce mode de communication en temps réel offre au médecin la possibilité d’adapter son agenda en continu et, au besoin, de prolonger l’examen d’un malade sitôt qu’un créneau se libère.

Un logiciel de planning présente aussi cet avantage de centraliser les données et de faciliter les mises à jour des dossiers au moyen d’une fiche de suivi de la patientèle à compléter en ligne après chaque rendez-vous. Les tâches purement administratives sont également simplifiées, qu’il s’agisse de renouveler une ordonnance, de reconduire un arrêt de travail ou procéder à certains vérifications sur les antécédents d’un malade.

 

Voir l’étude ici.

Comments are closed.
Connexion